Les Histoires normandes de Dimanche Ouest-France

Les Histoires Normandes d’Ouest-France

 

Le dimanche, le quotidien Ouest-France publie l’une de mes chroniques dédiées à l’histoire de la Normandie. Grands événements ou petites anecdotes, personnages fameux ou illustres inconnus, ils sont dans les « Histoires normandes ».

  Année 2013

  • 12 mai 2013 : la grande évasion (1804)
  • 5 mai 2013 : indien à Honfleur (1503)
  • 14 avril 2013 : par la braguette ! (1068)
  • 7 avril 2013 : terreur en Normandie (1346)
  • 31 mars : tsunami sur l’Orne (1755)
  • 10 mars : l’arbre va tomber (1793)
  • 3 mars : Belges normands (1914)
  • 24 février : sous l’eau (1890)
  • 17 février : du travail bien fait (1343)
  • 10 février : portrait d’un soudard (1526)
  • 27 janvier : chasse au fantôme (v. 1570)
  • 20 janvier : un raz-de-marée (1909)
  • 6 janvier : mort d’un renard (1085)

 Année 2012

  • 30 décembre : au front (1914)
  • 25 novembre : mortelle méprise (1639)Histoires normandes dimanche ouest-france
  • 4 novembre : un privilège (v. 625)
  • 28 octobre : hiver 17 (1917)
  • 21 octobre : sauver sa peau (1046)
  • 7 octobre : ciel en fête (1910)
  • 30 septembre : quel ingrat ! (v. 584)
  • 23 septembre : porte de l’exil (1830)
  • 16 septembre : le ciel sur la tête (1803)
  • 9 septembre 2012 : amours interdites (1603)
  • 2 septembre 2012 : dernier jour (1431)
  • 19 août 2012 : « Domesday Book » (1086)
  • 12 août 2012 : crapaud et reliquaire (1836)
  • 5 août 2012 : reine étranglée ? (1315)
  • 29 juillet : couvent maudit
  • 22 juillet : sac d’os (1562)
  • 15 juillet : l’anneau brisé (1469)
  • 8 juillet : Granville-la-Victoire (1793)
  • 1er juillet : périple posthume (1840)
  • 24 juin : jambon de potence (1408)
  • 17 juin : le pain du sang (1091)
  • 10 juin : en joue… Feu ! (1800)
  • 3 juin 2012 : Fleur-d’épine (1761)
  • 27 mai : l’âme du copiste (1050)
  • 20 mai : feu sur La Hougue (1692)
  • 13 mai : petite reine à Caen (1905)
  • 6 mai : possédées à Louviers (1647)Histoires normandes dimanche Ouest-France
  • 22 avril : entente cordiale (1848)
  • 15 avril : autel sanglant (586)
  • 8 avril : le trou Baligan (448)
  • 11 mars : infernal asile (1785)
  • 4 mars : « Demain, dès l’aube » (1843)
  • 26 février : bataille à Formigny (1450)
  • 19 février : terreur à Argentan (1793)
  • 12 février : la Grande Eperonnière (1590)
  • 5 février : brouillard meurtrier (1783)
  • 29 janvier : doléances d’un peuple (1789)
  • 22 janvier : touché, coulé ! (1912)
  • 15 janvier : Romains en Cotentin (56 av. J.-C.)
  • 8 janvier : sale bête ! (1632)

Année 2011

  • 18 décembre : le dernier duc (1204)
  • 11 décembre : assemblée à Caen (Noël 1182)
  • 4 décembre : un coup mémorable (16 mars 1041)
  • 27 novembre : feu sur le Mont (vers 992)
  • 20 novembre : western à L’Aigle (1136)
  • 13 novembre : pugilat cathédral (1119)
  • 6 novembre : à la tour de Londres (1101)
  • 30 octobre : Taillefer à Hastings (14 octobre 1066)
  • 23 octobre : cap au sud ! (Vers l’an Mil)
  • 16 octobre : les oies de Pirou (IXe siècle)
  • 9 octobre : la peau du tanneur (1051)
  • 2 octobre : les vœux de Mathilde (avant 1045)
  • 25 septembre : drôle de prélat (1055)
  • 18 septembre : le mariage d’Emma (Pâques 1002)Histoires normandes dimanche Ouest-France
  • 11 septembre : orgies sur le Mont (v. 965)
  • 4 septembre : la bataille de Varaville (1057)
  • 28 août : l’orme de Gisors (Eté 1188)
  • 21 août : en pèlerinage (juillet 1035)
  • 14 août : meurtre sur la Somme (17 décembre 942)
  • 7 août : le roi repentant (21 mai 1172)
  • 31 juillet : Arlette de Falaise (vers 1027)
  • 24 juillet : normands en Italie (An Mil)
  • 17 juillet : Caen sort des ténèbres (1027)
  • 10 juillet : promesse tenue !
  • 3 juillet : la Mesnie Herlequin (Janvier 1091)
  • 26 juin : le serment de Bayeux (26 juin 2011)
  • 19 juin : prisonnier des Vikings (Vers 890)
  • 12 juin : du sang sur les draps (Décembre 1082)
  • 5 juin : pénibles funérailles (9 septembre 1087)
  • 29 mai : mégères du Cotentin (An Mil)
  • 22 mai : un look d’enfer ! (1105)
  • 15 mai : des brigands à l’autel (1048)
  • 8 mai : Saint-Clair-sur-Epte (911)
  • 24 avril : Vikings sur la Seine (12 mai 841)
  • 17 avril : la Blanche Nef (25 novembre 1120)

Histoires normandes au temps des Vikings et des ducs de Normandie

« Histoires normandes, Au temps des Vikings et des ducs de Normandie ».- Cormelles-le-Royal : Éditions In-Quarto, 2011.- 160 p.

La Normandie a onze siècles ! Pour fêter ce bel anniversaire, nous avons à la manière des anciens annalistes et chroniqueurs médiévaux mis en lumière une sélection d’évènements, importants ou anodins, connus ou inconnus, tous représentatifs du temps des Vikings et de l’époque ducale. Chaque histoire, richement illustrée, se lit indépendamment des autres.
Nous vous invitons donc à découvrir en notre compagnie les étonnantes fables parsemant la Tapisserie de Bayeux, les origines étrangement normandes de la légendaire Table Ronde et celles de la Chanson de Roland, racontée par l’énigmatique Turold. Venez sillonner la mer du Nord au milieu de captifs des Vikings, assister aux funérailles de Guillaume le Conquérant, ou au vol malheureux d’un certain Conan, depuis le sommet de la citadelle de Rouen…
*****

Revue de Presse

  • La Manche Libre : « L’auteur a pris le parti de contenir sa sourcilleuse érudition, nourrie aux meilleurs sources, dans une écriture singulièrement alerte, moderne et captivante. »
  • Côté Rouen: « On vous recommande chaleureusement de découvrir le travail de ce passionnant historien. »
  • Le Havre Infos: « Cet ouvrage s’appuie sur une connaissance très précise des faits. voila qui rend le tout hyper digeste, même pour les néophytes en matière d’histoire médiévale. »
  • Côté Caen : « L’auteur parvient à captiver son lectorat avec des aventures épiques, pleines de rebondissements et d’anecdotes. »
  • Ouest-France :« 65 histoires à consommer sans aucune modération. »
  • Paris-Normandie: « Les textes sont tous agrémentés des repères historiques nécessaires. L’auteur a aussi effectué une belle recherche iconographique »
  • Au Fil de la Normandie: « Les petites histoires rejoignent ici la Grande Histoire, les faits historiques connus ayant parfois pour origine des évènements anodins ou particuliers. »
  • Patrimoine Normand: « Alors que la Normandie fête son 1100e anniversaire, SWG a mis en lumière, à la lumière des annalistes et chroniqueurs médiévaux, une série d’évènements. « 
  • C l’Eure : « Voilà un ouvrage de SWG, auteur de nombreux articles historiques, qui ne manquera pas d’intéresser les amateurs de légendes et évènements normands, qu’il rassemble dans un bel ouvrage publié chez In Quarto. »
  • Le Calvados: « Retour sur des évènements qui révèlent la singularité de cette époque, célèbres ou inconnus, majeurs ou non. »
  • Histobiblio.com : « Un livre intéressant et recommandé autant aux novices qu’à ceux, plus connaisseurs, qui souhaitent avoir sous la main un pense-bête sur le sujet [...] fort réussi ! » Vous pouvez lire l’intégralité du commentaire ici.

*****

Une Histoire normande : le naufrage de la Blanche Nef

25 novembre 1120. Toute la noblesse anglo-normande est réunie à Barfleur, afin d’embarquer pour l’Angleterre où l’on célébrera en grande pompe la fête de Noël. La mer est calme et rien ne laisse présager l’approche d’un drame.

Alors que le roi Henri s’apprête à grimper sur son bateau, un homme vient vers lui et se prosterne à ses pieds. Le moine Orderic Vital raconte qu’il se nomme Thomas et qu’il se présente comme fils d’Étienne : « [Il] était mon père et toute sa vie il servit le vôtre sur la mer. Ce fut lui qui, sur son vaisseau, le porta en Angleterre, quand il s’y rendit pour combattre Harold ». En conséquence, Thomas revendique l’honneur de compter le souverain parmi ses passagers. Mais Henri s’est engagé ailleurs et il ne veut pas se dédire : « J’ai choisi un navire qui me convient, je ne le changerai pas ; mais je vous confie mes fils, Guillaume et Richard, que j’aime comme moi-même, ainsi que beaucoup de nobles de mon royaume ». Guillaume Adelin (du vieil anglais Ætheling, prince) n’est autre que l’héritier légitime du trône d’Angleterre, et Richard l’un des nombreux bâtards du roi Henri.

Convoyer ainsi le futur roi d’Angleterre ne constitue pas un mince privilège et les matelots en tirent un certain orgueil. Pour fêter l’événement, ils réclament haut et fort du vin et le prince, sans doute lui-même un peu gris, leur en fait bailler trois muids. Les gosiers se rincent à volonté et les esprits s’échauffent. Une jeunesse privilégiée et braillarde monte à bord de la Blanche Nef. On se moque des prêtres venus bénir le navire et on les chasse à coups de grands éclats de rire. Certains s’alarment de ce chahut et préfèrent prudemment descendre.
Déjà le bateau du roi a pris la mer. On veut le rattraper, montrer que l’on est plus rapide et se livrer à une course à travers la Manche. Dans la nuit éclairée par un mince rayon de lune, les marins saouls comme des barriques appuient fort sur les rames et Thomas le pilote surveille mal son cap. La Blanche Nef s’empale violemment sur un rocher que la marée montante vient juste de recouvrir et sombre aussitôt. « Dans un si grand danger, tout le monde ensemble poussa des cris affreux ; mais l’eau ne tarda pas à leur remplir la bouche, et ils périrent tous également. » À bord de la nef royale, on entend les hurlements sans bien comprendre ce qui se passe et l’on se ronge les sangs.
Parvenu en Angleterre, Henri attend dans l’angoisse l’arrivée de la Blanche Nef. Les heures s’égrènent et la nouvelle du drame gagne enfin la cour. Personne n’ose cependant annoncer au roi la mort de ses fils. Le lendemain matin, un enfant se jette à ses pieds en pleurant « et lui dit que la cause du deuil qu’il voyait provenait du naufrage de la Blanche Nef. » Le choc est rude : Henri vacille et s’effondre sans un mot.
Durant les jours qui suivent, on retrouve les corps méconnaissables de quelques-unes des victimes, mais pas celui de l’héritier de la couronne : « La pourpre et le lin vont pourrir dans le liquide abîme, et les poissons dévorent celui qui naquit du sang des rois. »

 

© 2012 – Stéphane William Gondoin – www.normannia.fr

Hauts lieux de légendes en Normandie

« Hauts lieux de légendes en Normandie ».- Paris : Éditions Jean-Paul Gisserot, 2011.- 128 p.

La Normandie possède une très riche tradition légendaire. Ses monuments les plus fameux sont peuplés d’anges ou de saints protecteurs luttant sans fin contre des démons orgueilleux. Lutins, créatures fantastiques, fantômes mélancoliques hantent ruines et marécages, landes ou forêts et la terre n’oublie rien des hauts faits de ses anciens ducs.

Nous avons réuni ici quelques-unes des plus belles histoires fabuleuses de la province aux léopards, avec la volonté de présenter les lieux qui les ont vues naître. Le plaisir de conter s’est  mêl